Entretien avec Laurent Brémond (réalisateur)

Le role du realisateur dans la creation d une WebTVLaurent Brémond est documentariste et reporter pour la télévision depuis 17 ans.

Après avoir longtemps pratiqué la photographie professionnelle, il suit des études de journalisme, s’essaye à la presse écrite et à la radio et choisit de devenir réalisateur pour réunir ses trois passions : l’image, le son et la narration. Correspondant pour France 2 aux États-Unis, il participe en 1998 au programme « Mille enfants vers l’an 2000 », parcourant l’Amérique du Nord pour interviewer des enfants. Il travaille par la suite en Amérique du Sud durant trois ans. En 2000 il revient en France et travaille pour France 2, France 3, France 5, Canal +, etc. Laurent Brémond enseigne à Paris dans une école de journalisme.

En 2011, il fonde le collectif Anyway Production regroupant des professionnels de tous les corps de métiers de l’audiovisuel travaillant sur des problématiques culturelles et sociales.

Gaël Rougy : Quel est le rôle du réalisateur ?

Laurent Brémond : Le réalisateur est un chef d’orchestre, la personne à la base d’un projet. Sur un tournage, il doit être capable de remplacer n’importe quel technicien. Il doit maîtriser les différents aspects techniques de la réalisation.

Mais pour se prétendre réellement réalisateur, il doit surtout emmagasiner beaucoup de pratique, connaître toutes les ficelles du métier.

GR : Comment préparez-vous le tournage d’une interview ou d’un documentaire ?

LB : Un tournage fonctionne s’il y a une bonne écriture à la base. On doit avant tout faire un repérage, aller sur place, rencontrer les gens que l’on va filmer avant de tourner pour constituer un lien avec ces personnes. Il faut ensuite se mettre à l’écriture pour bien poser à plat les informations collectées pendant le repérage, poser une intention de réalisation et de traitement filmique.

De toutes les façons, il faut toujours faire un repérage. Même dans les sujets que je tournais pour Canal + quotidiennement à raison d’un ou deux sujets par jour, si je n’avais  pas le temps de faire un repérage, je rentrais en contact avec mon prochain interlocuteur par téléphone, je commençais à créer le lien en essayant aussi de savoir s’il était possible d’obtenir des photos des lieux pour me permettre de voir un peu les décors. Il faut imaginer les futurs lieux de tournage et donc obtenir le maximum d’infos avant de filmer.

GR : Comment menez-vous vos interviews ?

LB : Quand j’interviewe quelqu’un, je dois savoir ce que je veux entendre. Cette personne m’a déjà parlé du sujet pendant le repérage et il faut qu’elle m’en reparle, sans la forcer. On peut poser cinq questions pour avoir la réponse que l’on recherche. Au montage, il n’y en a qu’une seule qui sera conservée, mais toutes les autres ont un sens et vont amener cette réponse. Plus la thématique est lourde, plus il faut y arriver doucement, laisser du blanc dans ses interviews.

Les questions que je vais poser vont amener tout de suite une réponse, il faudra ensuite beaucoup de montage, au mot, à la seconde ou à l’intonation près. Mais au moment de tourner je sais tout de suite si la réponse est dans le format, dans la durée que j’attends. Je sais si la phrase résume suffisamment toutes les informations que je veux faire passer ou si elle bâille un peu, si elle est trop longue. Je m’applique toujours à être précis avec les personnes interviewées pour leur faire comprendre qu’il n’y a pas de problèmes, qu’ils peuvent avoir une hésitation ou réfléchir. Je construis en douceur une vraie relation avec eux.

Au bout d’un moment, on sait ce qu’il y a dans la boîte.

Je travaille au casque donc je suis encore plus près des sons, les dialogues se construisent dans ma tête. Si j’ai un doute, je double une partie, je fais reprendre, je vais poser d’autres questions pour enrichir le montage. Ce qu’il ne faut pas faire, c’est arrêter la prise brutalement, mais continuer à tourner, qu’il y ait un peu d’humain, pour mettre un peu de chaleur. Il faut toujours en mettre dans un tournage. Il faut faire attention à ne jamais trop acquiescer devant les gens, ni chevaucher la fin de la prise par une démonstration de satisfaction, qu’elle soit verbale ou avec les yeux. La personne pourrait sentir que vous êtes content de ce qu’elle vient de dire et vous regarderait dans les yeux pour savoir si « C’est bien ? », ça pourrait couper la prise. Je baisse toujours les yeux à la fin des réponses quand je sens qu’elles sont bonnes, je laisse passer trois secondes après qu’ils ont répondu et là j’applaudis. Il faut toujours laisser du blanc pour le monteur. Ma liberté de réalisateur c’est le temps passé avec la personne que j’interviewe, qui fait qu’à la fin, quand on voit mes images, on sent qu’il s’est passé quelque chose entre elle et moi.

GR : Quelle place doit prendre l’intervieweur à l’image ?

LB : Les questions in de l’intervieweur, les commentaires, sont inutiles selon moi si l’on comprend l’image. Cela enlève de l’importance au sujet quand le reporter est trop présent et diminue l’intensité que l’on a avec le personnage que l’on filme.

GR : Quelle est la part du travail visuel ?

LB : Dans le cadre d’une interview, il faut faire en sorte qu’il n’y ait jamais que des images d’interviews. Dans un projet de tournage, quand on a une personne à interviewer, il faut aussi savoir comment on va l’illustrer. Il faut pouvoir sortir de ses propos pour aérer son film afin d’éviter l’accumulation de portraits. Il faut toujours travailler la partie visuelle pour qu’un sujet tienne le coup.

GR : Comment choisissez-vous votre cadre, votre décor ?

LB : Le décor doit être lié au personnage et au sujet. Il faut trouver des liens entre le cadre et les propos, entre l’image et le son, sans que cette cohésion ne soit téléphonée. Il faut aussi penser à illustrer les propos qui vont suivre au montage. Imaginons que l’on interviewe un personnage dans un parc que l’on voit au second plan. Pendant l’interview, il y a un bruit de voiture qui démarre, mais qui n’est pas dans le cadre. Il va chevaucher la voix, ça ne va pas. Il faut prévoir avant de tourner qu’une voiture va peut-être démarrer, donc choisir un cadre plus large pour la voir passer à l’image. Et à partir du moment où l’on voit la voiture passer, on a bien une cohésion image/son. Il faut toujours préparer son interview, bien choisir l’endroit où l’on filme en pensant à tout ce qui peut interférer.

Le hors champ, l’imprévu, peut entrer dans le cadre, mais il faut l’anticiper, le faire entrer calmement comme s’il avait été pensé. Il m’est souvent arrivé de saisir des scènes que je n’avais pas mises en scène, que je n’aurais jamais pu imaginer au script. Quand le hors champ rentre dans le in, c’est la magie qui opère, mais il faut arriver à le faire avec douceur, comme si ça avait été pensé à l’écriture.

GR : Comment gérer l’imprévu qui peut remettre en cause son tournage ?

LB : Durant une nuit en Louisiane, j’ai dû changer tout mon séquencier parce que les séquences que j’avais prévues étaient toutes en train de tomber à l’eau les unes après les autres. J’ai essayé de retrouver des cohésions en changeant l’ordre des chapitres à cause d’un ouragan. Mais en dehors des catastrophes naturelles, si l’on a un bon repérage, une bonne validation avant de commencer à tourner, il n’y a pas de raison pour que ça se passe mal. C’est le travail en amont qui est important. Il faut prévoir toutes les hypothèses et rester très vigilant à avoir toujours un plan B en cas de changement de programme. Quand cela arrive, Il y a toujours une solution. Il faut alors s’isoler et ne pas se laisser impressionner.

Trouver l’idée, c’est le rôle du réalisateur.

GR : Comment prenez-vous en compte le montage au moment de filmer ?

LB : Quand on tourne, on monte. Quand je tourne, je fais souvent l’exercice du tourné-monté. Dans mon travail de reporter pour Canal +, il fallait toujours que ce soit très propre au montage, que mes plans soient bien « montables », qu’ils correspondent à mon idée pour que la forme que j’ai souhaitée au tournage puisse fonctionner au montage. Il faut pour ça s’impliquer à fond sur le tournage, être très pointilleux sur chaque étape, penser aux illustrations, aux changements de valeurs de plans, aux changements de décor. En faisant tout cela, je pense au montage, je commence déjà à construire mon film dans ma tête.

 

Télécharger et lire plus tard le PDF de l’interview du réalisateur Laurent Brémond >>

Articles similaires:

  1. Entretien avec Lola Norymberg (monteuse) Lola Norymberg est monteuse professionnelle Elle travaille pour plusieurs sociétés de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>